Au revoir Autrement ! Version imprimable
09-09-2011

Discours de fin de législature prononcé par Renaud Dupuis lors du Conseil municipal du 16 mai 2011.

 

Ce soir, nous n’allons pas comme à l’acoutumée en pareille période, disserter sur le bénéfice (enfin raionnable cette année) ou sur la péréquation intercommunale qui, comme l’a relevé notre ministre des finances, sera moins lourde l’année prochaine grâce à notre « faible » bénéfice.

Non, ce soir étant le dernier CM ou Autrement sera représentée pour ces procahines années, nous avons voulu vous dire quelques mots sur ces huits ans passés dans cet hémicycle.

On appelle «catalyseur » un élément qui accélère une réaction chimique, non pas en raison de sa masse, mais en raison de sa seule présence. Durant ces deux législatures, Autrement n’avait pas la possibilité de faire passer ses idées en force en s’appuyant sur le nombre, mais, tel un catalyseur, a certainement accéléré la naissance de certaines options, la concrétisation plus rapide de certains projets.

Le dernier exemple en date est l’acceptation à la quasi unanimité de ce Conseil du passage à l’offre verte des SIG, qui avait été combattue et refusée à plus d’une reprise, quand nous en étions les seuls promoteurs. Toutefois, nous n’allons pas céder à la tentation de faire la liste des bonnes idées que nous avons eues avant tout le monde et qui ont fini par être adoptées comme étant VOS bonnes idées : non, pour faire autrement, nous allons les causes qui nous tiennent à cœur et qui demeurent, aujourd’hui encore, les grandes divergences entre les partis de l’entente et Autrement.

Pour commencer, la Traversée de Vésenaz, que nous avons toujours considérée comme une mauvaise réponse à une bonne question, celle de la gestion de la mobilité. Nous ne doutons pas que ce bout de tunnel hors de prix apparaîtra très rapidement comme un emplâtre sur une jambe de bois. Nous voyons déjà par ailleurs la lourdeur de ces travaux sur les comptes communaux et qui empêcherons ces prochaines années des investissements ô combien plus intelligents.

Ensuite, l’abandon de la démarche d’Agenda 21, que votre majorité a considéré comme une sorte de grosse machine administrative sans efficacité ; nous n’avons pas réussi à vous convaincre que l’enjeu était d’établir avec la population une stratégie cohérente pour un développement harmonieux de notre Commune.

Puis, vous faire comprendre que l’amélioration de la gouvernance, par exemple la prise de parole des citoyens à la fin des séances du conseil municipal, est aujourd’hui une nécessité impérieuse, et qu’on ne peut plus se contenter d’être élu-e et de discuter sur la place du marché pour représenter les besoins complexes et multiples de nos concitoyens.

Enfin, le 0.7% pour l’aide au développement qui n’émerge pas de l’imbroglio de calculs d’épiciers sous lequel vous cachez encore votre réticence à définir et à chiffrer une politique claire d’aide au développement. A l’heure où les partis populistes gagnes des sièges sur la peur de l’étranger, une volonté affichée d’aide au développeent durable dans les pays qui en ont besoin ne pourrait pourtant que contrecarer ce phénomène.

Vous aurez beau jeu de rétorquer que gagner ou perdre, ça fait partie du jeu de la politique, et qu’en démocratie, il ne sert à rien d’avoir raison tout seul, et vous aurez raison. Quand le peuple a parlé, quand la majorité a tranché, il n’y a plus qu’à s’incliner.

Mais si l’Histoire nous apprend quelque chose, c’est bien qu’on peut aussi voir juste avant tout le monde, avoir raison seul contre tous et, longtemps après et parfois trop tard, constater que des points de vue minoritaires et méprisés deviennent des évidences éclatantes.

Un seul exemple – mais qui en vaut mille - : celui de Galilée.

Aussi, avant de laisser nos sièges à d’autres, nous nous permettons, modestement mais très sérieusement, de vous adresser ce mesage: ne fermez jamais totalement vos oreilles aux idées minoritaires, elles contiennent souvent en germe vos certitudes de demain.

Dernière mise à jour : ( 01-05-2013 )
 
< Précédent   Suivant >