Version imprimable
23-12-2008
Index de l'article
Historique
Les étapes du projet
Le projet au jour le jour

La crèche intercommunale

HISTORIQUE

A Collonge-Bellerive, nous disposons d’un jardin d’enfants scindé en deux, soit « Les Bacounis » à Collonge et « les Boucaniers » à Vésenaz. Ce jardin d’enfants comprend, en tout, 175 places, pour une population de plus de 7.000 habitants.
Il n’offre que 7 places pour des bébés de 6 à 12 mois, les temps de garderie sont limités à 4 demi-journées par semaine, il n’y a pas de prise en charge à midi et il est fermé pendant les vacances.

Les parents qui ont un plus grand besoin de prise en charge doivent trouver d’autres solutions, souvent en dehors de la Commune, au détriment d’une certaine qualité de vie.

Selon la loi votée en novembre 2003, il incombe aux communes de créer des places d’accueil répondant à la demande.

En 2003, lors des premières discussions sur ce sujets, les partis Libéral et Radical étaient opposés à la création d’une crèche : cette infrastructure ne correspondait pas à leur vision de la vie familiale et - de leur point de vue - ne rapportait rien sur le plan financier.

Ce dernier argument est à tout le moins une erreur : de nombreuses études montrent le contraire ! En effet, pour 1 franc investi, les crèches rapportent en moyenne 3 francs à la collectivité ! (cotisations sociales plus élevées, rentrées fiscales augmentées et diminutions des dépenses sociales). Mais le problème, c'est que les 3 francs qui reviennent ne retournent pas de façon évidente dans la bourse qui a investi le franc de départ…

Les partis de l'Entente ont changé petit à petit de point de vue, surtout lorsqu'ils se sont rendus compte - grâce aux enquêtes et études effectées - que les demandes de prise en charge émanaient principalement de leur électorat.

Pour notre part, il suffisait d'écouter les habitants de la commune pour être convaincu que le besoin d’une crèche était réel, comme dans maints autres endroits du canton.

Cette crèche devait être intercommunale, car les besoins se font sentir dans l’ensemble de la région et ce genre de problème ne peut être résolu qu’à un niveau intercommunal, entre autres pour partager les coûts. La volonté de créer une crèche intercommunale figurait en toutes lettres dans notre premier programme de législature et dans nos documents pour la campagne 2003, et nous étions les seuls à être aussi clairs sur ce point.

Nous avons mis sur pied un groupe de travail, rencontré nos collèges conseillers municipaux, tous partis confondus, des communes limitrophes, soutenu la création d’une association de parents militant pour une crèche et participé à la récolte de signatures pour une pétition demandant une crèche intercommunale.

Par la suite, nous avons soutenu du mieux possible - souvent de façon plus ferme que son propre parti - la conseillère administrative en charge de ce dossier.



Dernière mise à jour : ( 18-08-2010 )
 
< Précédent